[FEE] : Atelier lecture le 4 Octobre 2019 au local à 19h30

Atelier Lecture le 4 octobre 2019 au local : « Sorcières, la puissance invaincue des femmes », Mona Chollet : Claire L  et Vero M vous proposent cet ouvrage pour la rentrée.  Il s’agit d’un essai dans lequel Mona Chollet explique comment un qualificatif infamant « les sorcières » est devenu un emblème de la lutte contre le patriarcat et le féminisme. terme introduit à la rnnaissance et figure emblématique dès les années 60 du féminisme.  Vero M propose de partager cette lecture en chapitres, car ce livre n’est pas un roman mais un essa assez hardu. Choisissez votre chapitre ou plusieurs pour exposer le fruit de votre réflexion, ressenti à la lecture de cet ouvrage !!!. Les chapitres sont disponibles et en circulation à FEE. Contacter Vero M ou contact@femmesentreelles.fr. Un ouvrage complet sera également dispo au local.

Mona Chollet est journaliste au Monde diplomatique. Elle est notamment l’auteure de Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine et de Chez soi. Une odyssée de l’espace domestique (Zones, 2012 et 2015).

Atelier en auberge espagnole comme à l’habitude. Bonne lecture au cours de l’été !!! A très vite

Quelques articles :

Résumé : « Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ? Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante – puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant — puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.
Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever »

 

Laisser un commentaire